Actualités du ministère

« Sublime Côte d’Ivoire »: Siandou Fofana obtient l’engagement en 4 points de l’Union européenne !

31 / 05 / 2019


La Délégation de l'Union Européenne en Côte d'Ivoire a reçu le ministre ivoirien du Tourisme et des Loisirs qui a présenté la stratégie nationale de développement 2018/2025.
 SEM Jobst von Kirchmann, Ambassadeur de l'Union européenne en Côte d’Ivoire, au sortir d’une séance de travail autour de la stratégie nationale de développement touristique, « Sublime Côte d’Ivoire », a confié au ministre du Tourisme et des Loisirs, Siandou Fofana : « On va vous soutenir ». C’était le mercredi 29 mai, au siège de la Délégation de l’UE à Abidjan.
Mieux, « sublimé » par « Sublime Côte d’Ivoire », le diplomate s’est engagé en engageant la Communauté européenne et ses pays-membres à accompagner, en 4 points majeurs, cette stratégie en: « mettant à disposition  les instruments de financements pour la construction  des éco-loges, par exemples ou toute autre infrastructure ;  continuant et renforçant la conservation des parcs de la Comoé et de Taï, le renforcement de l’appui à la construction des routes ; définissant des formations en adéquation avec les exigences de l’écosystème touristique ». SEM Jobst von Kirchmann fonde sa conviction sur l’alliance de l’Union européenne avec l’Union africaine et pour laquelle la seconde s’est engagée vis-à-vis de la première à soutenir les secteurs pourvoyeurs d’emplois sur le continent africain. Et, à l’en croire, la présentation de haut-vol de « Sublime Côte d’Ivoire » par Siandou Fofana, démontre par sa transversalité et son impact direct sur les populations, jeunes notamment, ainsi que rurales, que le tourisme est un secteur porteur d’employabilité et  de croissance. Bien plus, il agrée à la trilogie de l’incidence recherchée par  la stratégie et résumée par le ministre :«  développer un moteur de croissance du PIB et démultiplier les recettes fiscales, favoriser le développement territorial hors Abidjan, créer un réservoir d’emplois ».
En tout état de cause, la Délégation de l’UE estimant que le tissu économique ivoirien étant l’un des plus en adéquation avec ses conditionnalités, il est tout à fait normal qu’il capte les financements. En ce qui concerne l’industrie touristique, sa donne écologique, donc l’écotourisme, pourrait capter bien des fonds. Et ce, à l’aune de l’économie circulaire dans laquelle elle s’inscrit et qui intègre la nouvelle vision axiologique et utilitaire des soutiens de l’Union.
En outre, les parties ivoirienne et européenne ont convenu d’esquisser des circuits adaptables ou sur-mesure, indépendamment des « Routes » officielles et bien des projets à structurer avec le privé. 
C’est donc, au final, sur une note de satisfecit partagé que le ministre Siandou Fofana a clôt la séance de travail. Toute chose qui, à la boussole des 9 projets-phares et 9 réformes de bon aloi contenu dans « Sublime Côte d’Ivoire », laisse augurer qu’à l’horizon 2025,  la destination ivoirienne sera, inéluctablement,  dans le Top 5 du tourisme africain avec 5 millions de touristes dont 4 millions de visiteurs internationaux, la création de 650 000 emplois dont 230 000 qualifiés. Ce qui devrait faire de l’industrie touristique l’un des piliers du développement  intégral du pays. Et cela devrait nécessiter des investissements privés comme publics de plus de 3200 milliards de FCFA.